Découverte de la Clape

Ça y est, après des mois de discussions et de tractations, le moment tant attendu est arrivé. Il est l’heure de prendre la route pour joindre des amis amateurs de bons vins sur la côte méditerranéenne pour une escapade œnologique dans le massif de la Clape.
Située entre la ville de Narbonne et son annexe du même nom embelli du terme symbolique des vacances « -plage », la Clape est une ancienne île longue de 17km sur 9km de large. Massif calcaire, son point culminant, le coffre de Pech Redon culmine à 214m d’altitude.
Arrivés sur place en fin de journée, heureux de se retrouver, une dégustation s’improvise. C’est l’occasion de rentrer dans le sujet du week-end : Pech Redon blanc l’Epervier 2011 et un Corbières blanc château Champ des sœurs cuvée la Tina 2014. Nous sentons que nous allons passer un excellent week-end !
Le lendemain, journée découverte paysages et produits locaux. La matinée est consacrée à l’immersion : marché de pays sous le soleil et visite chez un petit épicier local dont la spécialité est : le vin bien sûr avec des belles références de la Clape, des Corbières et un muscat au « tuyau » avec un rapport prix plaisir juste à couper le souffle. Déjeuner sous le soleil avec un Terrasse du Larzac blanc de chez Joncas 100% grenache gris et un Clape rouge château la Négly « la falaise » 2017.
Rendez-vous pris en début d’après-midi au domaine Mire l’Etang situé au nord du massif. Les vignes se situent au pied de ce massif, quasiment les pieds dans l’eau. La dégustation commence par les blancs du domaine : muscat, bourboulenc, roussane, il y en a pour tous les goûts avec un marque de fabrique, une petite amertume en finale. Ensuite, notre cher vigneron nous convainc de gouter le rosé, banco ! Des notes de grenadine ressortent, un côté légèrement sucré, onctueux en bouche. Cela me fait penser à un Tavel. La dégustation des rouges vient ensuite avec une réserve toute en complexité, c’est un vin de club oeno ! Final de la dégustation, la spécialité locale, le carthagène (décliné en blanc et rouge) (le carthagène est une mistel : assemblage de jus de fruit avec de la fine du Languedoc), le côté miel et des notes sirop d’orgeat ressortent.
Pour aller à notre prochain rendez-vous, le domaine Pech Redon(situé sur les plus hauts plateaux au sud du massif), nous faisons une petite halte sportive à « l’œil doux », magnifique gouffre retenant une pièce d’eau turquoise en plein milieu du massif, paysage et vue à admirer. Mais pas trop longtemps si nous voulons arriver en temps et en heure chez Pech Redon.
photo
Pech Redon, rien que l’arrivée au domaine nous baigne dans une ambiance hors du temps, au bout d’un chemin sinueux qui nous fait grimper sur les plateaux enserrés de la Clape, nous traversons les vieilles vignes enherbées avec un soleil tombant, la lumière est magnifique et là, le domaine apparaît. Notre hôte termine sa journée d’embouteillage, remercie ses ouvriers et est prêt à nous consacrer un moment que nous sentons déjà devenir inoubliable. La dégustation démarre par les blancs, très belle gamme et parmi eux, un ovni : un vin de voile ! la cuvée les genêts 2011 à base de chardonnay et viognier (8 ans d’élevage sans ouillage) rappelle les vins du Jura et de Xérès. Nous sommes sur des notes d’écorces d’orange, une finale épicée.
Du côté des rouges, encore une excellente gamme, la cuvée l’éperon 2017 en 100% carignan, l’épervier 2015 en syrah / grenache, la centaurée 2014 en mourvèdre, syrah et grenache. Tous ont un point commun, la finesse, c’est le mot d’ordre de ce domaine, le respect, l’écoute de la nature et le résultat se déguste, tous les vins sont délicats, laissent une impression de légèreté. La dernière dégustation concerne un alicante 2000 du cépage du même nom affublé de l’adjectif « bouché », c’est un vin de découverte avec une structure tannique forte, les notes de cuir, animal sont marqués. C’est un vin construit pour durer et qui va traverser les âges !
Cette dégustation s’accompagne d’une discussion avec notre hôte passionnante sur l’amour du terroir, de la nature, de la région, de la conscience de l’évolution du climat, du respect, sur le choix des vinifications, sur les envies… Après ce moment, nous sommes redescendus en bord de mer en ayant des étoiles pleins les yeux.
photo
Voilà notre week-end découverte, deux vignerons, un conventionnel avec des vignes sur le côté mer au nord et l’autre en bio avec des vignes sur le côté terre au sud. deux belles figures, deux belles personnalités et 2 fiers étendards de cette belle région qu’est le Languedoc, et plus particulièrement, la Clape.
Vous allez me dire : « seulement deux » ? Hé bien oui ! La qualité est là, les émotions, la sincérité aussi. C’est ce que nous étions venus chercher, pas besoin de plus (quand même une petite soirée avec une petite entorse bordelaise avec un château Giscours 1976 et un Cazes 1980).
Il est tant de repartir tranquillement avec pleins de beaux souvenirs en tête mais aussi dans le coffre…

photo

Thomas Servi par :

Dans la vie, faut être curieux ! Signé un découvreur de belles émotions.

comments powered by Disqus