Le mystère de la fermeture

En dégustant un nectar de Châteauneuf du pape hier soir, je me suis posé quelques questions.
La bouteille dégustée était un Clos de l’Oratoire des Papes de 2014 : j’ai trouvé le nez poussiéreux mais la bouche est encore puissante, sur des notes mentholées et réglissées. Suite à cette dégustation, je me suis dit que la fermeture de ce vin était proche. Les Chateauneuf sont connus pour se fermer plusieurs années après leur jeunesse pour revenir sublimé en fin de vie, mais quel est ce grand mystère de l’évolution des arômes ?

C’est un processus complexe que l’évolution d’un vin, mais pourquoi tous n’ont pas le même modèle, pourquoi un vin est-il bon, puis mauvais (on peut le dire) et miracle, de nouveau excellent ? Je n’ai malheureusement pas la réponse à cette question, surement y a-t-il une ribambelle de thèses sur le sujet, les scientifiques ont sans doute des réponses sur les mécanismes moléculaires… Quant à moi, je préfère me dire que la nature est ainsi, c’est quelque part de la magie et c’est toujours une surprise à l’ouverture : c’est ce que j’aime dans le vin, il n’y a pas de certitudes !

photo

Thomas Servi par :

Dans la vie, faut être curieux ! Signé un découvreur de belles émotions.

comments powered by Disqus