La Corse

Le vignoble corse est le vignoble français le mieux ensoleillé avec 2 885 heures s’ensoleillement par an. Il bénéficie d’un climat méditerranéen avec des écarts de température élevés, des vents violents et des précipitations irrégulières. La diversité des sols (granitiques, schisteux, sédimentaires ou calcaires) et le cloisonnement de l’île ont permis à de nombreux cépages de prospérer : des cépages méditérranéens tels que le nielluccio à la puissance tannique dominante, sciaccarello plus fruité, le vermentino, aleatico, barbarossa, bianco gentile, mais également des cépages continentaux.

Les vins corses sont des rouges profonds, puissants et fins, des rosés scintillants et des blancs limpides.

Ils bénéficient de trois types d’appellation : régionales, village et crus (avec Ajaccio et Patrimonio)

L’AOC corse ou vins-de-corse peut être produite dans les trois couleurs sur l’ensemble des terroirs classés de l’île, à l’exception de l’aire d’appelation de patrimonio, au nord. Selon les régions et les domaines, les proportions respectives des différents cépages ainsi que les variétés des sols apportent aux vins des tonalités diverses. Les nuances régionales justifient une dénomination spécifique des microrégions, dont le nom peut être associé à l’appellation. La majeure partie de la production est issu de la côte orientale.
La plupart des grands domaines proposent des vins à boire dans les trois à six ans. Les millésime 2007 et 2008 sont très réussis ainsi que le 005. Le millésime 2006, marquée par des pluies importantes durant l’été, présente de moins bonne concentration des arômes.

Les cépages blancs

L’île de beauté est restée sous l’influence gênoise de la fin du XIIIe siècle à 1769. Aussi ne s’étonnera-t-on pas d’y trouver des cépages voisins de ceux de la Sardaigne et de la péninsule. En rouge, ce sont surtout les nielluccio et le sciaccarello et en blanc le vermentino, qui donnent aux vins d’appellation de l’île une forte personnalité.

Le vermentino, ou « malvoisie de corse » et le grand cépage blanc de Corse. Ses baies couvertes d’une peau épaisse blanche donne une chair ferme et juteuse. Le vin produit est parmi les meilleurs blancs méditerranéens : équilibré, gras et parfois un peu acide, avec des arômes tels que l’aneth sauvage, l’aubépine, la camomille, le fenouil, la noisette, ainsi que des notes florales de pêches de vigne, pamplemousse, poire et pomme.
Le muscat à petits grains donne quant à lui un vin doux naturel particulièrement délicat, le muscat-du-cap-corse (AOC.)

Les cépages rouges

L’île de Beauté recèle de nombreux cépages dont certains sont endémiques et donnent aux vins Corse leur caractère si marqué.
En rouge, ce sont surtout le nielluccio et le sciaccarello qui traduisent la forte personnalité des vins corses.

Les baies rouge profond du nielluccio apportent au vin sa couleur profonde, ses tannins, ses arômes de fruits rouge, de violette et cette note boisée teintée de parfums du maquis.

Le sciaccarello produit un vin charpenté, souple et aristocratique, aux senteurs d’épices, de fleurs et de maquis. Il représente une part notable des assemblages.

Moins connus sont l’aleatico et le barbarossa. Des cépages internationnaux comme le merlot produisent des vins de pays.

LeChaps Servi par :

Avant de dire qu'un vin est mauvais, pensez à ceux qui l'ont fait et à ce qu'il vous a couté. Parce qu'au final, quoi qu'il arrive, on en boira toujours du plus mauvais !

comments powered by Disqus