Le Beaujolais

La notoriété du Beaujolais passe par le lancement des primeurs chaque troisième jeudi de novembre.

Dans le prolongement du Maconnais, jusqu’à la hauteur de Villefranche-sur-Saône, se situe le Beaujolais dont les colines couverte de vignes s’étagent entre la plaine de la Saône et les monts du Beaujolais.

Le beaujolais est issu d’un cépage unique : le gamay. La vinification beaujolaise traditionnelle est réalisée à partir de raisins mûrs, intacts et non égrappés. Cela donne des arômes dits de vinification : bonbon et banane pour les primeurs.

Appelation

Le vignoble possède deux appellations d’origine contrôlée régionales et dix communales.

  • Beaujolais
    Au sein du vignoble, l’AOC beaujolais est la plus vaste. Elle comprend tout le vignoble. La majeure partie de la production de cette appellation est commercialisée en primeur sous le nom de beaujolais nouveau.

  • Beaujolais-villages
    Vue aérienne du vignoble du Beaujolais. On perçoit bien la monoculture de la vigne sur des coteaux. La partie centrale et la frange nord du vignoble est éligible à l’AOC beaujolais-villages ; sa zone la plus vaste est située entre les vallées de deux rivières, le Nizerand et l’Ardières. Le beaujolais-villages est produit sur 38 communes et représente 25 % de la production beaujolaise : autour de 300 000 hl. Une partie de la production est commercialisée en primeur sous le nom de beaujolais-villages nouveau.

  • Appellations communales
    Dix appellations communales ou locales, appelées « crus du Beaujolais », existent. Il s’agit du brouilly, du chénas, du chiroubles, du côte-de-brouilly, du fleurie, du juliénas, du morgon, du moulin-à-vent, du régnié et du saint-amour. Tous ces crus peuvent être commercialisés sous l’appellation : bourgogne gamay.

la route des beaujolais

Du sud de Mâcon aux portes de Lyon, le vignoble du beaujolais occupe les coteaux entre les monts boisés du beaujolais, avant poste du massif central, et la plaine de la Saône, domaine de la grande culture.
Si le cépage gamay règne partout, la région offre deux visages différents selon la géologie : au sol du Villefranche-sur-Saône, le soubassement calcaire dessine « le pays des Pierres Dorées » ; au nord, c’est le beaujolais des crus, sillonné par cet itinéraire. Ici, les terrains cristallins, granitiques ou schisteux, marque l’habitat comme les vins. Les sols sont gris ou rosés, les vins aussi aimables mais plus profonds que ceux du sud.

les millésimes

En Beaujolais, pour les crus, le 2011 et 2009 sont excellents, 2008 est prometteur, le 2007 a été difficile à maitriser, le 2006 est excellent, le 2005 est très typé, le 2004 et un millésime dense et très aromatique, et le 2003, trop mûr, beaucoup moins intéressant.

les cépages

Le gamin est le cépage roi du beaujolais. Ce cépage noir à jus blanc abondant occupe 98 % du vignobles. Les terroirs très variés du beaujolais (calcaires, schisteux, magmatiques ou granitiques) permet, à partir du gamay, l’élaboration d’une grande palette de vins aux couleurs des arômes différents. On trouve ainsi des vins léger au sud et les crus complexes, subtiles et de moyenne garde, tels que le morgon ou moulin-à-vent, plus au nord. L’autre cépages présent, chardonnay, entre dans l’élaboration de vin blanc confidentiel.

LeChaps Servi par :

Avant de dire qu'un vin est mauvais, pensez à ceux qui l'ont fait et à ce qu'il vous a couté. Parce qu'au final, quoi qu'il arrive, on en boira toujours du plus mauvais !

comments powered by Disqus